FlecheGauche.png

Gratter pour aller chercher ce qui s'est passé dessous

En cherchant et accumulant mille et un objets tous plus inhabituels les uns que les autres, Jean Imhoff sait qu'à un moment il pourra l'intégrer dans une œuvre. Comme ce petit baigneur aux gants de boxe, qu'il a délicatement posé sur un de ses tableaux auquel il tient. Il ne l'aura exposé qu'une seule fois ! Pour mieux le conserver.

La création, « c'est comme les mailles d'une vie, comme un tissu, c'est mouvant » explique celui qui pendant de longues années fût médecin. Et qui depuis plus de quinze ans, peint à plein temps. Jean Imhoff travaille tout le temps, tous les jours. Il compose ses tableaux par strats, par couches successives, ce qui lui permet de canaliser sa pensée pour aller là où il veut., « Au fur et à mesure, les choses deviennent plus légères … peut-être parce qu'on a compris », dit-il avec humilité. Où parce que sa pratique médicale lui en a donné les clés.

En grattant certains endroits, Imhoff va chercher ce qui s'est passé dessous, dans les premières couches de matières déposées sur la toile, des endroits qui sont « des cicatrices émotionnelles » et qu'il fait apparaître. Naissent ainsi sur une composition jaune, des stries noires, rouge, discrètes mais bien présentes … Comme s'il passait d'une période noire à l'apaisement.


 

Grand Prix de la Biennale internationale de l'Image Quadro - novembre 2018, Pologne